in

Interview : Carla Ginola lance « BadCode », la première marque streetwear de luxe

Carla Ginola, l’influenceuse aux milliers d’abonnés, a dévoilé il y a quelques semaines les premières pièces de sa marque BadCode, une enseigne streetwear de luxe dont le premier défilé s’est tenu le 6 Avril dernier dans un cadre très original : le garage Charles Pozzi Ferrari à Levallois. Rencontre avec une créatrice passionnée. 

Après nous avoir éblouies pendant des années en tant qu’influenceuse, la jolie Carla Ginola a enfilé sa casquette de créatrice en dévoilant au public les fruits d’un travail acharné en collaboration avec son chéri : une marque de vêtements streetwear dite « de luxe » pour hommes et femmes répondant au nom évocateur de « BadCode ».  C’est le 6 Avril dernier que la jeune femme a décidé de marquer le coup en présentant le tout premier défilé de la collection printemps-été 2019 : des pièces pour hommes allant des jeans, pulls à capuche (hoodies), en passant par des t-shirts imprimés; le tout dans un style décontracté, badass et sophistiqué, et oui c’est possible !

Carla nous a donc livré une interview sans langue de bois et pleine d’inspiration : BadCode, son rôle d’influenceuse mode, ses projets, elle nous dit tout !

Comment tu définis le style de la marque Badcode ?

Le style c’est urbain, tout en restant dans le luxe. On a utilisé des tissus nobles donc ce sont des jeans qui nous coûtent assez chers, très épais avec des peaux de python cousues dessus. On a vraiment voulu reprendre tous les basiques mais en les améliorant. Pour l’instant c’est pour hommes, mais après il y a des crop-tops, pleins de choses qui vont se faire… C’est vraiment du streetwear, des choses qu’on peut porter dans la vie de tous les jours mais on essaye de se situer dans le luxe. Il y a beaucoup de marques de streetwear qui se positionnent pas trop cher, donc nous on a voulu tout en restant raisonnables, évoluer un petit peu et proposer des modèles un peu plus sympas, avec des finitions, des petits détails qui font que les pièces ressortent bien.

Qu’est-ce qui t’a motivé à créer cette marque ? Et pourquoi streetwear ?

J’avais une marque de bijoux qu’on a fini par arrêter avec mon associé, et je m’étais toujours dit que je créerai une marque de maillots, soit une marque très street avec des hoodies. Au final,  mon copain Adrien voulait aussi lancer sa marque et je me suis dit : « Faisons le ! ». 

À qui s’adressent les modèles ? Quel genre de modeur/modeuse ? Est-ce que tout le monde peut les porter ?

C’est pour tout le monde, les jeunes comme les personnes plus âgées et ça dépend vraiment du style. Les pulls sont très confortables; le père de mon copain en porte à 50 ans et ça lui va très bien. Donc en fait il n’y a pas de limite. Ce sont des matériaux qu’on a mis du temps à choisir du coup les pulls ne vont pas coûter 50 euros, on est dans une gamme un peu au-dessus, autour de 100 – 200 euros selon les modèles. On essaye de proposer quelque chose de bien même si c’est un peu plus cher.

Quelles ont été vos inspirations ?

On s’est inspirés des marques qu’on regarde tous les jours et dont on entend parler comme Off-White ou Vetements mais en restant plus simples. Ce sont des marques très belles mais qu’on arrive pas à porter dans la vie de tous les jours, du coup on a eu envie de reprendre un peu ce mood qu’il y a en ce moment, cette vibe où tout le monde veut porter du Off-White bien que ce soit trop cher et parfois trop dans l’extravagance.

Quelles sont tes pièces chouchou dans la collection Badcode, celles que tu te verrais porter tous les jours ?

Alors pour moi, tous les hoodies !  Je les adore, je les ai tous coupés pour moi et j’en ai fait des crop-tops (rires). Et j’aime beaucoup les hoodies avec les écritures sur le côté. 

Comment tu décrirais ton style de tous les jours ? 

C’est assez compliqué parce que j’aime porter de tout. Mais encore une fois ça reste assez streetwear. Je dirais streetwear tout en restant girly.  C’est un mix, j’adore porter un jour une robe, le lendemain un jean, le lendemain un gros hoddie avec des baskets. Je m’imprègne un peu de tous les styles.  

Du coup, en tant qu’influenceuse mode, on sait que beaucoup collaborent avec des marques, toi tu crées carrément la tienne, quel serait ton prochain objectif ? 

Mon prochain objectif c’est juste de développer la marque. Là dans le défilé on n’a pas vraiment montré les vêtements féminins, la gamme est assez large et le but c’est juste d’évoluer tout le temps. Avec l’été qui arrive on va retrouver avec des choses un peu colorées. 

Qu’est-ce que t’a appris cette expérience de créatrice ? 

Depuis le début c’est hyper bizarre parce que c’est moi qui me retrouve de l’autre côté, à inviter des influenceurs à un événement comme celui-ci alors que d’habitude c’est moi qui suis invitée donc là je me retrouve à la place des marques, à inviter, appeler,harceler, c’est très compliqué. Donc maintenant je sais que quand je dirai oui à un événement je tiendrai ma promesse ! (rires)

View this post on Instagram

SS19

A post shared by BADCODE (@badcode_official) on

Tu as beaucoup d’influence auprès des jeunes femmes qui te suivent sur Instagram, et qui dit succès dit parfois aussi jalousie,comment tu réagis face aux critiques que tu peux recevoir ?

On ne peut pas plaire à tout le monde. Quand j’écoute les gens et que je fais ce qu’ils veulent et bien ça ne leur va pas non plus donc en fait, il y a un moment où il faut juste faire abstraction de toutes les mauvaises ondes et des commentaires qu’on peut recevoir.   C’est trop facile de critiquer derrière un ordinateur, il ne faut pas le prendre personnellement et moi j’aime bien en rigoler. Donc quand je réponds aux commentaires, je leur dis « Bonne journée »,« Merci d’avoir laissé un commentaire ». Et en fait ça énerve beaucoup plus parce qu’ils voulaient piquer et ça ne marche pas parce qu’en étant en face de moi, ils ne me le diraient pas.

Tu es très présente sur les réseaux sociaux, tu montres beaucoup de ton quotidien. Quelle facette de toi on ne connaît pas finalement ? 

Je trouve que les réseaux sociaux sont vachement trompeurs et je suis de plus en plus moi-même. Avant je dégageais vraiment une image assez froide, un peu hautaine, je souriais pas beaucoup, je faisais des looks que personne ne pouvait porter et je me suis dit «mais c’est pas toi ça, n’essaye pas de faire de ton compte Instagram une couverture de magazine ». Moi je suis quelqu’un de simple, de rigolote et j’essaye de le montrer de plus en plus. J’essaye de me détendre un peu parce que parler en story c’est ma phobie. Et quand j’ai fait l’émission DALS, j’étais contente parce qu’en répétition on n’a pas le temps de mentir, t’es toi-même et du coup j’aurais aimé rester un peu plus longtemps pour que les personnes qui me suivent se disent qu’ils ne me suivent pas pour rien. Et les gens m’ont quand même bien découverte, j’ai reçu une tonne de messages qui me disaient qu’ils ne pensaient pas que j’étais comme ça. 

Où tu te vois dans dix ans ?

Je sais que l’influence ça ne durera pas non plus très longtemps, j’ai pas envie de faire ça jusqu’à mes 40 ans. Moi pour l’instant c’est mon travail, c’est ma passion, j’adore faire ça et je pense que le jour où je n’aimerai plus, j’arrêterai parce que le contenu que je posterai sera inutile. Pour l’instant à chaque fois que je poste un truc c’est vraiment que je l’adore et que j’ai envie de le partager avec ma communauté. Je vis au jour le jour, et puis idéalement mon rêve serait, si j’ai une bonne situation plus tard, de redonner et de créer une association dans le style de la SPA parce que j’adore les animaux.  C’est la seule association dans ce genre pour l’instant et au final on devrait être tellement plus ! Et surtout à la SPA ils sont obligés d’euthanasier les animaux au bout d’un certain temps et je trouve ça horrible. Et pour plus tard, pourquoi pas lancer une marque de cosmétiques, c’est un peu mon rêve ultime de lancer des crèmes parce que j’ai une peau difficile et beaucoup de filles ne savent pas forcément quoi mettre.

View this post on Instagram

SS19

A post shared by BADCODE (@badcode_official) on

 

Pour retrouver toutes les pièces BadCode, rendez-vous sur le site officiel de la marque : badcode-brand.com

Crédit couverture : Instagram / @carla_ginola

Julie

Écrit par Julie

Julie, c'est celle qui trouvera LA marque qui saura parler à la communauté 100% féminine qui arrive chaque jour de plus en plus nombreuse sur notre média. Véritable arme de persuasion, elle saura vous convaincre que Le Journal des Femmes Inspiration est parfait pour vous ! Accro aux réseaux sociaux, elle scrolle et scrolle son fil d'actualité jusqu'à trouver la perle rare qui saura vous satisfaire pour mettre en avant votre marque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Seass by Pauline ouvre la saison des maillots de bain avec succès

Événement : Le pop-up store Altermundi ouvre ses portes au Pavillon Élysée pour la Fashion Revolution !