in

Loes Van Delft ou le must have de l’art contemporain (Interview)

A seulement 27 ans, Loes Van Delft est l’artiste contemporaine du moment. Très originales, ses créations ont conquis les galeries du monde entier et commencent à faire une entrée prometteuse dans le monde de la mode… Après les les créations loufoques de Jeff Koons, place à un personnage ludique qui prend forme absolument partout ! 

I like 'em big 😈

A post shared by Loes van Delft (@loesvandelft) on

Loes Van Delft est un nom qu’il va falloir retenir car vous n’avez pas fini d’en entendre parler ! Cette jeune artiste néerlandaise a fait une entrée discrète mais affirmée dans la difficile industrie de l’art. Ses créations ont conquis un nombre assez impressionnant de galeries d’art à travers le monde entier au point que son personnage phare commence à se décliner sur toutes sortes d’objets.

Mais de quoi s’agit-il ? Impossible de ne pas s’arrêter en passant devant : les dessins de Loes ne ressemblent à aucun autre et arborent une allure très infantile au premier abord, qui reflète en réalité un sens bien profond. Inspirés de l’univers des cartoons et d’une imagerie très colorée, ses créations sont l’originalité incarnée grâce à son personnage incontournable : Pjipje (à prononcer Pipié).

Sur les traces du célèbre Jeff Koons qui s’est démarqué il y a quelques années avec ses impressionnants ballons géants en forme de personnages de dessins animés, Loes Van Delft commence elle aussi à conquérir le monde de la mode en déclinant ses dessins sur toutes sortes d’objets : un logo Louis Vuitton géant, des paires de chaussures, des voitures, vous la verrez bientôt partout ! Et devinez quoi ? Elle a accordé à Judicieuse une interview exclusive pour ses fans français !

Interview Loes Van Delft

 

Judicieuse : Comment as-tu commencé à peindre ? 

Loes Van Delft : Quand j’étais très jeune, j’écrivais des petites histoires sur mon chat et j’en faisais des illustrations. J’ai ensuite commencé à peindre sur des petites toiles avec des amis pour le fun. Mon père a ensuite commencé à m’emmener au musée et c’est là que j’ai réalisé que je voulais peindre des toiles qui rendent les gens heureux et que beaucoup de personnes pourraient voir. C’est à ce moment que la flamme s’est allumée. J’ai fini par intégrer l’école d’art Sint Lucas où j’ai appris l’histoire de l’art et différentes techniques. C’est comme ça qu’est né mon Pjipje. C’est toujours un animal avec un grand oeil, de grand sourcils et plein de petits contours excentriques. Il peut être au choix un éléphant, un singe, un lapin… Il est très reconnaissable, c’est ma signature.

J : Comment décrirais-tu ton style ?

LVD : C’est difficile de décrire mon style, mais certains disent urbain, d’autres que c’est du street art ou encore du pop art. J’ai été invitée à une série d’expositions à Barcelone où le thème principal était le Pop Art, dans la galerie 3Punts, l’une des plus importantes de la ville. Mais après ça j’ai été invitée en Belgique à une exposition où le thème était les comics. Personnellement, j’ajouterais que mon travail est très coloré avec mon personnage attachant qui apporte toujours de la joie !

J : Penses-tu appartenir à un mouvement artistique en particulier ?

LVD : Mon travail appartient à son temps. Je n’ai aucun lien avec les styles du passé. De nos jours, beaucoup d’artistes travaillent avec des images travaillées sur ordinateur, pas moi. Je travaille à partir de croquis dessinés à la main avec de l’aérosol, de la peinture acrylique, des marqueurs, etc. Avec le temps, j’ai commencé à aimer les grandes toiles.

 

J : Où trouves-tu ton inspiration ?

LVD : Mon inspiration vient de moi : quand je me sens heureuse et que ma vie est douce, quand mon chat me regarde dessiner, ou encore quand j’écoute mes chansons préférées de Michael Jackson. Il faut juste une bonne atmosphère pour que la magie opère. C’est peut-être ennuyeux, mais il suffit que tout aille bien pour que je me sente inspirée.

J : Qu’exprimes-tu à travers tes dessins ?

LVD : J’ai la chance de vendre quelques unes de mes créations et quand l’acheteur me dit qu’il ressent un sentiment chaleureux à chaque fois qu’il voit ma toile, c’est la raison pour laquelle je travaille : apporter un peu de couleur et une énergie heureuse dans de nouveaux foyers !

: A qui sont surtout adressées tes créations ? 

LVD : Très bonne question ! Je pensais au départ que mon travail ne plairait qu’aux jeunes filles. Je suis très active sur les réseaux sociaux et il se trouve que beaucoup de personnes ont aimé mon art : des bikers, des sportifs tatoués, ou encore des amateurs d’art plus âgés. J’ai des followers en Asie et eu deux shows à succès à Taiwan. En Mai, j’exposerai pour la troisième fois 25 de mes créations à Taipei. J’adore le monde de l’art !

J : Tu as collaboré avec une célèbre marque de chaussures, la mode est-elle la prochaine étape de ta carrière ?

LVD : C’est vrai que j’ai été sollicitée par Timberland quand ils sortaient des modèles très colorés : j’ai peint des paires de chaussures en live dans leurs plus grandes boutiques à Amsterdam, Rotterdam et Utrecht. J’ai aussi été sollicitée par Peugeot pour customiser leur nouveau modèle de scooter, ce qui a été largement relayé dans les médias en Hollande. Mon personnage n’est pas destiné à la mode, mais j’adorerais quelques grands noms de la mode. Qui sait ce que l’arrive me réserve…

💫

A post shared by Loes van Delft (@loesvandelft) on

J : Tes créations sont exposées dans le monde entier, tu es jeune, talentueuse et passionnée, comment envisages-tu l’avenir ?

LVD : En Avril, j’aurai un show nommé « Oh Solo Mio » dans la Galerie d’Art Cobra, qui est celle qui me représentera à partir du mois de Septembre. Pour l’avenir, j’ai un grand souhait : j’adorerais avoir une sculpture 3D de Pjipje. J’aimerais étendre mon travail sur toile mais aussi sur des logos, des bouteilles de champagne, des skateboards et d’autres objets inspirants.

J : As-tu des projets en France ?

LVD : À partir de Septembre, ce sont les galeries Cobra Art et Maison Objet qui me représenteront à Paris.

J : Enfin, un petit mot pour tes fans français ?

LVD : Peu importe ce que vous faites, faites le avec amour et aimez ce que vous faites.

Vous pouvez continuer à suivre l’univers joyeux et original de Loes van Delft sur sa page Instagram, où elle compte déjà plus de 80 000 followers !

Julie

Écrit par Julie

Julie, c'est celle qui trouvera LA marque qui saura parler à la communauté 100% féminine qui arrive chaque jour de plus en plus nombreuse sur notre média. Véritable arme de persuasion, elle saura vous convaincre que Le Journal des Femmes Inspiration est parfait pour vous ! Accro aux réseaux sociaux, elle scrolle et scrolle son fil d'actualité jusqu'à trouver la perle rare qui saura vous satisfaire pour mettre en avant votre marque.

Une belle surprise t’attend du côté des délicieux jus de légumes Yumi !

Emily Ratajkowski, égérie du prochain parfum Paco Rabanne